Notre séjour Meknés février 2017


IMGP9170

Être debout volet 3: Femmes debout dans les RIADS et les CASBAHS

Seconde étape de travail

« J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » de Jean-Luc LAGARCE

Dans notre RIAD, nous avons vécu cette seconde étape avec nos rôles et l’interprétation de nos personnages.

Moments intenses de partage avec des femmes marocaines, ce travail, pour être abouti, devra être soutenu pour nous permettre de jouer dans différents lieux du Maroc, notamment dans les RIADS, lieu idéal pour transmettre l’énergie cette thématique, ces cinq femmes qui vivent avec le retour du fils, du frère…

Travail avec Nasser GUENOUN (association SOORART),

    • Expressions des non-dits et questionnements universels sur la place de l’homme dans la vie arrêtée de Femmes avec l’adaptation de

« j’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » de Jean-Luc Lagarce :

 

L’histoire de cinq femmes, elles ont passé des années à attendre, un fils, un frère. Lorsque celui-ci revient de « ses guerres «  il reste silencieux.

Elles : sœurs, mère, grand-mère vont parler,  ces femmes vont chercher à mettre du sens sur leurs années d’attente sur leur vie.

Cette thématique  d’attente de  l’homme commune à de nombreuses femmes devrait soutenir des échanges passionnants sur la place de la femme et de l’homme.

Que devient-on lorsque l’on met en parenthèse sa propre existence pour l’autre, lorsque le souffle de sa propre vie se suspend à la vie de l’autre ?
IMGP9129

L’attente..IMGP9146

La joie de la mère…

IMGP9336

la « petite » jeune fille marocaine participant au projet 

IMGP9483

la « grand mère » sage 

IMGP9510

Scène dans le Riad 

IMGP9565

Fin de la présentation de notre étape de travail

IMGP9176

« la seconde » et ses rêves 

IMGP9388

travail avec Nasser 

IMGP9361

« l’ainée »

IMGP9391

« entrées de la mère et la seconde »

IMGP9438

« l’attente et les questionnements »

Nous abordons ce texte en français, avec Nasser Guenoun à Meknès, directeur d’acteurs et metteur en scène, il se fait assister de femmes marocaines parlant français. Au delà de nos langues maternelles différentes, de nos cultures différentes nous travaillons :

 

  • les personnages à partir des notions  d’énergie, de rythmes, des émotions.

 

La confrontation de nos idées, notre façon différente d’aborder le texte enrichit nos rencontres, et  immanquablement questionne la position des femmes et des hommes, nos histoires familiales, nos visions du monde.

 

Laissez un commentaire